La Charité est un des sujets de prédilection de nombreux peintres, tout comme les Vénus, Vierges à l'enfant ou autres ... qui ont été beaucoup peints. Ma version préférée est celle de William Bouguereau, pour moi ce tableau est la perfection et un ravissement pour les yeux, la beauté à l'état pur.

 

C'est donc pour moi un vrai plaisir de le peindre, le plus exactement possible de l'original, sauf l'arrière plan qui ne me plaît pas.  Encore une copie vous allez me dire... eh bien oui ! j'aimerai copier tous les tableaux pour lesquels j'ai un coup de coeur, pas seulement pour le plaisir de copier mais pour me mettre dans la peau de l'artiste qui l'a créée, observer de quelle manière il a peint et je me demande à chaque fois si je vais réussir, donc suspense... mais je me lance toujours sans me poser de question, on verra bien.

 l'original de W. Bouguereau

la_charite_bouguereau800

 ma copie non terminée, trop de petits détails et de fignolages à faire, il faut que j'ai le courage de finir !

002 - Copie

En mai 1878, alors que Bouguereau expose sa Charité lors de l'Exposition Universelle, Zola s'indigne de le voir porté aux nues par l'administration des Beaux-Arts, alors que Courbet est admis en "parent pauvre" au Champ de Mars : pour Bouguereau, le dessin est primordial, la couleur, sagement enfermée dans ses contours, est appliquée selon la technique du glacis, la touche est invisible. Il a souvent représenté l’allégorie de la Charité dans ses peintures.

En voici une autre version :

 

William-Adolphe_Bouguereau_(1825-1905)_-_Charity_(1859)

 

L’allégorie de la Charité, dans la tradition, est représentée par une mère allaitant ses enfants. Mère nourricière, elle prodigue l’essentiel pour la vie à ses enfants, à la survie de ces êtres inaptes à répondre au besoin primaire d’alimentation par eux-mêmes.

La mère représentée dans la toile du peintre, fait preuve de sagesse, d’abnégation et de don de soi. Elle adopte une posture de quasi méditation dans laquelle elle s’oublie, par amour pour ses progénitures. Elle incarne à la perfection l’idée d’amour de son prochain, valeur chère au christianisme.

Ma copie étape par étape 

 

SNC00231 SNC00235

SNC00275 002 - Copie

 

 

Voici 6 "Charité"  différentes :

La Charité de Jacques Blanchard, 1633

Dimensions : 1.36 m x 1.1 m

la charité jacques blanchard

On connaît plusieurs compositions de Blanchard sur le thème de la Charité dont l'abondance reflète peut-être l'activité contemporaine de saint Vincent de Paul et des Dames de la Charité en faveur des enfants trouvés. Cette représentation lui permettait également de peindre des femmes épanouies et donnant le sein à un bande de jeunes enfants nus.

 

La Charité de Reni Guido (dit Le Guide) entre 1629 et 1930

la charité guido reni

Cette figure représente la vertu théologale de charité, accompagnée de ses attributs traditionnels, les enfants qu'elle protège, le vase ardent à ses pieds, la grenade au premier plan. Peint pour François Ier qui l'avait invité à sa cour, c'est le seul tableau d'Andrea del Sarto qui ait été indubitablement exécuté pendant le bref séjour de l'artiste en France, entre juin 1518 et mars 1519 : il est caractéristique de la culture florentine du début du siècle par la perfection de la construction 

 

La Charité de Cousin et Caron

Vers 1560, dimensions 97x147

La charité cousin et caron

 Ce tableau associe des emprunts à l'Antiquité gréco-romaine et à la Renaissance italienne. L'enfant au sein reprend le motif d'un dessin de Michel-Ange. Le visage de la femme interprète la Flore Farnèse antique et la Lucrèce gravée par Marc-Antoine Raimondi d'après Raphaël.

 

La Charité de Charles Le Brun

vers 1642-1648

charite charlesle brun

 La Charité chrétienne distribue ses bienfaits aux âges les plus faibles de la vie. A l'arrière plan, le feu de la charité céleste.

 

La Charité de Francesco Salviati

Vers 1545 (huile sur bois (156 x 122 cm)

charitéFrancesco_Salviati_003

 La charité est une belle femme, à la coiffure soignée qui veille tendrement sur trois enfants nus qui ne font pas pitié. Son sein droit, visiblement généreux, est dénudé et disponible. Elle regarde tendrement, par dessus son épaule, un de ses enfants qui lui parle et lui sourit.

et la dernière :


La Charité de Jan Massys (vers 1509-1575)
Huile sur panneau - 140,5 x 11,5 cm

charité jAN_mASSYS

 Le maniérisme de Jan Massys s’incarne dans cette précieuse Charité assez similaire à une autre représentation de l’allégorie par l’artiste en 1552 et conservée au Palazzo Bianco de Gênes ; la figure n’est pas non plus sans rappeler la Bethsabée du Louvre.